Jouir encore en vitesse de la vie

La mort n’est pas seule la fin du temps. Si elle l’était, s’il n’y avait plus rien après la fin du temps, la mort serait purement effroyable pour la nature. L’intelligence livrerait des raisons de ne pas s’en inquiéter. Ce sont de fausses manières de se consoler à l’avance au sujet de la mort. „Jouissons-nous de la vie!“ Avec ces paroles ils s’encouragent eux-mêmes pour regarder bien en face le délai de la mort en restant exté­rieu­re­ment calme, opiniâtre et provocateur. Quand ce délai sou­dain touche à sa fin, fond d’un coup leur sagesse si­mu­lacre sous la lumière étincelante de la vérité et beau­coup d’entre eux meurent en raison du jugement juste de DIEU sous le tourment de la rage et du désespoir.

DIEU créa dans l’homme deux choses: esprit et matière. Son âme est esprit, son corps est matière. À la mort son corps en tant que matière se dissout. L’âme en tant qu’esprit ne peut pas se décomposer. Elle est immortelle comme les Anges qui ne sont qu’esprit, indépendamment du fait qu’ils soient bons ou mauvais. C’est la raison pour laquelle notre âme, lorsqu’elle quitte le corps, entre sans transition dans l’éternité, mais heureuse ou malheureuse – sans jamais se terminer – dépend de notre propre ... plus

Novembre 2017

Écrits mensuels